J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus

Vous êtes ici :

Barre d'outils

 

"Véritable passerelle entre le numérique et l’humain, les objets connectés trouvent des applications concrètes au quotidien. Ils sont un formidable accélérateur de la transformation digitales entreprises." Anne-Sophie Godon Directrice Innovation, Études et Veille de Malakoff Médéric

 

Des objets pour se connecter aux services des entreprises

Pour beaucoup d’entreprises, l’internet des objets est devenu synonyme de rupture technologique. Voire de révo­lution. Alors, comme à chaque révolution numérique, on avance les chiffres les plus fous : 38,5 milliards d’objets connectés en 2020 et un marché de 60 milliards d’euros en Europe en 2025. Pourtant, l’IoT (de l’anglais Internet of Things) est aujourd’hui une réalité et de multiples secteurs, comme la santé, la distribution ou l’énergie, le mettent déjà en œuvre. Startups et industriels investissent ce champ du web 3.0 où chaque objet peut se connecter au réseau pour échanger des informations et délivrer de nouveaux services. «   Dans cet environnement en pleine mutation, il faut s’assurer que l’ensemble des innovations technologiques apportent des solutions réelles au quotidien », avance Anne-Sophie Godon, directrice Innovation, Études et Veille de Malakoff Médéric.

Pour cela, le groupe de protection sociale planche sur les utilisations concrètes de l’IoT. À l’aide d’appareils connectés comme le pèse-personne ou le tensiomètre, les assurés qui souffrent de surpoids ou d’hypertension peuvent suivre un programme de coaching virtuel et obtenir des conseils personnalisés. Le groupe travaille en parallèle au développement d’un dispositif de prévention intégrant la qualité de l’air en recueillant des données à partir de capteurs connectés.« Aujourd’hui, un nombre incroyable d’objets connectés trouvent des applications efficaces dans tous les domaines , soutient Anne-Sophie Godon, citant l’exemple de cette entreprise de transport qui a équipé ses chauffeurs de montres connectées afin de les alerter des risques de somnolence au volant.

Autre secteur, même approche. Grâce à des capteurs installés dans les compteurs ou les tuyauteries d’eau chaude des bâtiments de ses abonnés, Engie Cofely peut ajuster en temps réel son offre énergétique. Pour les entreprises clientes, c’est la garantie d’une meilleure gestion de leurs dépenses. De son côté, Legrand a lancé un programme baptisé Eliot pour soutenir son offre connectée. Au menu, prises murales, blocs d’éclairage et autres régulateurs connectés qui indiquent les consommations d’énergie ou mesurent les signes d’activité dans la maison. Convaincu que l’IoT va très vite devenir un standard, le géant de l’équipement électrique a déjà généré en 2014 plus de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce aux objets connectés. Atol a intégré dans la monture de ses lunettes Téou un capteur de proximité qui interagit avec un smartphone en émettant un signal lumineux ou une vibration quand on les cherche.

 

   

 

De l'Internet des Objets à l'Internet des Services

Le déploiement de l’IoT trouve aussi des applications très concrètes dans le commerce de proximité. Selon le cabinet Accenture, « les distributeurs peuvent offrir de nou­veaux services, redéfinir l’expérience consommateur et s’ouvrir à de nouveaux marchés ». De l’étagère connectée qui détecte un besoin de réassort aux capteurs qui indiquent la date de péremption des biens ou qui ajustent les prix selon la demande, les applications sont pléthoriques. Chez Darty, le consommateur qui a souscrit à l’abonnement ad hoc appuie sur un bouton connecté en wi-fi et un conseiller l’assiste en ligne.
En apportant grâce à ces objets intelligents des services de plus en plus personnalisés à leurs clients, les marques apprennent à mieux les connaître et gardent une relation toujours plus directe avec eux. « La tendance est à la personnalisation des services pour les utilisateurs », rappelle Muriel Barnéoud. À l’initiative du Hub numérique du Groupe La Poste, le PDG de Docapost estime que l’on va atteindre une phase de saturation, tant les objets connectés sont nombreux.«  Pour éviter ce risque, il faut privilégier les solutions globales de pilotage d’objets et de services connectés, tout en garantissant la maîtrise des données par l’utilisateur. » Ou comment passer de l’internet des objets à l’internet des services.

 

   

 

Pour découvrir le Hub numérique de Docapost
http://www.docapost.com/solutions/hub-numerique-et-iot

Source : Capital, mai 2016 http://www.capital.fr/enquetes/laposte-mai

 


Contactez-nous

Par téléphone

0892 68 22 18

Par courrier

Portail Grands Comptes
Direction Commerciale
9 Rue du Colonel Pierre Avia
75757 PARIS CEDEX 15